AARON

Fils d’Amram et de Yokébed, de la tribu de Lévi, né en Égypte en 1597 av. n. è. Lévi était l’arrière-grand-père d’Aaron (Ex 6:13, 16-20). Miriam était sa sœur aînée et Moïse son cadet de trois ans (Ex 2:1-4 ; 7:7). Aaron épousa Élishéba, fille d’Amminadab, dont il eut quatre fils : Nadab, Abihou, Éléazar et Ithamar (Ex 6:23). Il mourut en 1474 av. n. è. à l’âge de 123 ans. — Nb 33:39.

Comme Moïse hésitait à s’adresser à Pharaon parce qu’il pensait manquer d’éloquence, Jéhovah chargea Aaron de servir de porte-parole à son frère ; il dit au sujet d’Aaron : “ Je sais bien qu’il saura vraiment parler. ” Aaron se rendit au mont Sinaï à la rencontre de Moïse et fut informé de l’ampleur du dessein de Jéhovah touchant Israël et l’Égypte. Puis les deux frères retournèrent en Égypte. — Ex 4:14-16, 27-30.

Aaron commença alors à servir de “ bouche ” à Moïse en parlant à sa place aux anciens d’Israël et en accomplissant des signes miraculeux qui prouvaient l’origine divine de leurs messages. Quand vint pour eux le moment de se présenter à la cour de Pharaon, Aaron, âgé de 83 ans, porte-parole de Moïse, dut affronter l’arrogant dirigeant. Jéhovah dit ensuite à Moïse : “ Voici que je t’ai fait Dieu pour Pharaon, et Aaron ton frère deviendra ton prophète. ” (Ex 7:1, 7). C’est Aaron qui produisit le premier signe miraculeux devant Pharaon et ses prêtres-magiciens ; et, plus tard, c’est Aaron qui, sur l’ordre de Moïse, donna le départ des dix plaies en tendant le bâton de son frère (Ex 7:9-12, 19, 20). Il continua de collaborer étroitement avec Moïse et d’obéir à Dieu pendant les plaies suivantes, jusqu’à la libération finale. À cet égard, il constitue un bon exemple pour les chrétiens qui remplissent le rôle d’‘ ambassadeurs à la place de Christ, comme si Dieu suppliait par leur intermédiaire ’. — Ex 7:6 ; 2Co 5:20.

Au cours des 40 ans de pérégrinations dans le désert, les services de porte-parole d’Aaron semblent avoir été moins sollicités, car Moïse paraît avoir pris lui-même la parole la plupart du temps (Ex 32:26-30 ; 34:31-34 ; 35:1, 4). De plus, après la troisième plaie, le bâton passa de nouveau entre les mains de Moïse. Et lors de la bataille contre Amaleq, Aaron et Hour se bornèrent à lui soutenir les bras (Ex 9:23 ; 17:9, 12). Toutefois, Jéhovah continua généralement d’associer Aaron à Moïse quand il transmettait des instructions ; on lit d’ailleurs qu’ils agirent et parlèrent de concert jusqu’à la mort d’Aaron. — Nb 20:6-12.

Étant donné son rôle subalterne, Aaron n’accompagna pas Moïse au sommet du mont Sinaï pour recevoir l’alliance de la Loi, mais il lui fut permis, ainsi qu’à deux de ses fils et à 70 anciens de la nation, de s’approcher de la montagne et d’avoir une vision éclatante de la gloire de Dieu (Ex 24:9-15). Aaron et sa maison reçurent une place d’honneur dans l’alliance de la Loi, et Dieu désigna Aaron pour être grand prêtre. — Ex 28:1-3.

Grand prêtre. Au cours d’une cérémonie qui dura sept jours, Moïse, en qualité d’agent de Dieu, installa Aaron dans ses fonctions sacrées et ses quatre fils dans celles de sous-prêtres. Moïse revêtit Aaron de beaux vêtements faits d’or et de tissu bleu, pourpre et écarlate, ainsi que d’épaulières et d’un pectoral garni de pierres précieuses de diverses couleurs. Il plaça sur sa tête un turban de fin lin. À ce turban était attachée une plaque d’or pur sur laquelle étaient gravés ces mots : “ La sainteté appartient à Jéhovah. ” (Lv 8:7-9 ; Ex 28). Aaron fut ensuite oint de la manière décrite en Psaume 133:2 ; on put dès lors l’appeler le mashiaḥ ou messie (khristos, LXX), c’est-à-dire l’“ oint ”. — Lv 4:5, 16 ; 6:22.

Outre qu’il plaça Aaron à la tête de toute la prêtrise, Dieu déclara que c’était de sa lignée ou maison que devraient venir tous les futurs grands prêtres. Toutefois, Aaron lui-même n’avait pas reçu la prêtrise par héritage, si bien que l’apôtre Paul put dire à son sujet : “ Un homme s’attribue cet honneur, non pas de lui-même, mais seulement lorsqu’il est appelé par Dieu, comme le fut également Aaron. De même aussi le Christ ne s’est pas glorifié lui-même en devenant grand prêtre, mais il a été glorifié par celui qui a dit à son sujet : ‘ Tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je suis devenu ton père. ’ ” (Hé 5:4, 5). Paul démontra ensuite que la fonction de prêtre, assumée au départ par Aaron, était un type de celle qu’exerce Christ Jésus, qui est un grand prêtre supérieur et céleste. Ceci étant, les tâches de prêtre relatives à la fonction élevée d’Aaron revêtent davantage de signification aujourd’hui. — Hé 8:1-6 ; 9:6-14, 23-28.

En qualité de grand prêtre, Aaron était chargé de diriger tous les aspects du culte au tabernacle et de surveiller le travail des milliers de Lévites qui y servaient (Nb 3:5-10). Chaque année, le jour des Propitiations, il présentait des sacrifices pour le péché en faveur des prêtres, des Lévites et du peuple d’Israël ; lui seul avait le droit d’entrer dans le Très-Saint du tabernacle, muni du sang sacrificiel des animaux (Lv 16). L’offrande journalière d’encens, la présentation des prémices de la moisson et de multiples autres cérémonies du culte étaient des prérogatives d’Aaron et de ses fils, qui exerçaient la prêtrise (Ex 30:7, 8 ; Lc 1:8-11 ; Lv 23:4-11). Toutefois, son onction ne le sanctifiait pas uniquement pour offrir des sacrifices en faveur de la nation, mais aussi pour accomplir d’autres devoirs. Il était tenu d’enseigner la Parole de Dieu au peuple (Lv 10:8-11 ; Dt 24:8 ; Ml 2:7). Aaron, puis ses successeurs, servait comme préposé principal sous les ordres du Roi Jéhovah. Dans les grandes occasions, il mettait ses vêtements coûteux et arborait la “ plaque brillante ” en or sur son turban de lin. Il portait également le pectoral contenant l’Ourim et le Thoummim, ce qui lui permettait de recevoir le “ Oui ” ou le “ Non ” de Jéhovah aux questions concernant la nation ; mais tant que Moïse vécut et joua le rôle de médiateur, il semble qu’on y eut rarement recours. — Ex 28:4, 29, 30, 36 ; voir GRAND PRÊTRE.

L’attachement d’Aaron au culte pur fut très tôt mis à l’épreuve, quand Dieu fit mourir ses fils Nadab et Abihou, qui avaient profané leur charge de prêtres. Le récit rapporte : “ Aaron garda le silence. ” Quand ses deux autres fils et lui reçurent l’ordre de ne pas pleurer la mort des transgresseurs, “ ils firent [...] selon la parole de Moïse ”. — Lv 10:1-11.

Pendant près de 40 ans, Aaron représenta les 12 tribus devant Jéhovah en sa qualité de grand prêtre. Durant leur séjour dans le désert, une grave rébellion contre l’autorité de Moïse et d’Aaron éclata. Elle était fomentée par un Lévite du nom de Qorah et par les Rubénites Dathân, Abiram et Ôn, qui se plaignaient d’être dirigés par Moïse et Aaron. Jéhovah fit s’ouvrir le sol sous les tentes de Qorah, de Dathân et d’Abiram, les engloutissant avec leurs maisonnées, tandis que Qorah et 250 de ses coconspirateurs furent détruits par le feu (Nb 16:1-35). La congrégation se mit alors à murmurer contre Moïse et Aaron ; lorsque Dieu fit s’abattre une plaie, Aaron manifesta une grande foi et beaucoup de courage en obéissant à l’ordre de sortir avec son récipient à feu et de faire propitiation pour le peuple, ‘ en se tenant entre les morts et les vivants ’ jusqu’à ce que le fléau soit arrêté. — Nb 16:46-50.

Dieu ordonna ensuite que 12 bâtons, chacun représentant une des 12 tribus, soient placés dans le tabernacle, et on écrivit le nom d’Aaron sur celui pour la tribu de Lévi (Nb 17:1-4). Le lendemain, Moïse pénétra dans la tente du Témoignage et constata que le bâton d’Aaron avait bourgeonné, fait fleurir des fleurs et produit des amandes mûres (Nb 17:8). Cela démontra sans conteste que Jéhovah avait choisi les fils d’Aaron, des Lévites, pour exercer la prêtrise et qu’il avait conféré à Aaron l’autorité de grand prêtre. Dès lors, le droit de la maison d’Aaron à la prêtrise ne fut plus jamais sérieusement remis en cause. Le bâton d’Aaron, qui avait bourgeonné, fut placé dans l’arche de l’alliance “ en signe pour les fils à l’esprit de rébellion ” ; toutefois, il semble qu’après la mort des rebelles et l’entrée de la nation dans la Terre de la promesse, le bâton fut ôté de l’Arche, car il avait servi son dessein. — Nb 17:10 ; Hé 9:4 ; 2Ch 5:10 ; 1R 8:9.

Pourquoi Aaron ne fut-il pas puni pour avoir fabriqué le veau d’or ?

Malgré sa position privilégiée, Aaron eut des manquements. La première fois que Moïse resta 40 jours sur le mont Sinaï, “ le peuple se rassembla [...] autour d’Aaron et lui dit : ‘ Lève-toi, fais-nous un dieu qui marchera en avant de nous, car, en ce qui concerne ce Moïse, l’homme qui nous a fait monter du pays d’Égypte, nous ne savons vraiment pas ce qui lui est arrivé. ’ ” (Ex 32:1). Aaron accéda à la requête des rebelles et participa avec eux à la fabrication d’une statue de veau en or (Ex 32:2-6). Devant Moïse, un peu plus tard, il donna une excuse dérisoire (Ex 32:22-24). Néanmoins, Jéhovah ne l’accusa pas d’être le principal transgresseur, mais il dit à Moïse : “ Maintenant donc, laisse-moi faire : que ma colère s’enflamme contre eux et que je les extermine. ” (Ex 32:10). Moïse provoqua le règlement de l’affaire en s’écriant : “ Qui est du côté de Jéhovah ? À moi ! ” (Ex 32:26). Tous les fils de Lévi le suivirent, y compris Aaron sans aucun doute, et ils tuèrent trois mille idolâtres, probablement les principaux meneurs de la rébellion (Ex 32:28). Cependant, Moïse rappela par la suite au reste des Israélites qu’eux aussi étaient coupables (Ex 32:30). Aaron ne fut donc pas le seul à bénéficier de la miséricorde de Dieu. Ses actions ultérieures révélèrent qu’il n’était pas de cœur avec le mouvement idolâtrique, mais qu’il avait simplement cédé aux instances des rebelles (Ex 32:35). Jéhovah montra qu’il avait pardonné à Aaron en ne revenant pas sur la validité de sa nomination de grand prêtre. — Ex 40:12, 13.

Après avoir fidèlement soutenu son frère cadet dans de nombreux moments difficiles, et peu après que celui-ci, agissant en représentant de Dieu, l’eut installé dans ses fonctions de grand prêtre, Aaron agit en insensé. S’associant à sa sœur Miriam, il critiqua le mariage de Moïse avec une femme koushite et contesta la position unique de son frère et les relations exceptionnelles qu’il entretenait avec Jéhovah Dieu. Ils dirent : “ Est-ce uniquement par Moïse que Jéhovah a parlé ? N’est-ce pas aussi par nous qu’il a parlé ? ” (Nb 12:1, 2). Jéhovah intervint promptement, fit approcher les trois devant la tente de réunion et reprit sévèrement Aaron et Miriam pour avoir méprisé la nomination divine. Le fait que seule Miriam fut atteinte de la lèpre semble indiquer que c’était elle l’instigatrice de cette action et qu’une nouvelle fois Aaron s’était laissé entraîner par faiblesse. Du reste, si Aaron avait aussi été atteint de la lèpre, sa nomination comme grand prêtre aurait été invalidée en vertu de la loi de Dieu (Lv 21:21-23). Il révéla sa bonne attitude de cœur en confessant aussitôt son péché, en faisant amende honorable pour la sottise de leur action et en implorant Moïse d’intervenir en faveur de Miriam devenue lépreuse. — Nb 12:10-13.

Une fois encore, Aaron partagea la responsabilité d’une faute quand Moïse et lui omirent de sanctifier et d’honorer Dieu devant la congrégation, dans l’épisode de l’approvisionnement en eau à Meriba, près de Qadesh. Dieu décréta qu’en raison de cette action ni l’un ni l’autre n’auraient le privilège de faire entrer la nation dans la Terre de la promesse. — Nb 20:9-13.

La 40e année après l’Exode, le premier jour du mois d’Ab, les Israélites campaient à la frontière d’Édom, devant le mont Hor. Ils allaient traverser le Jourdain quelques mois plus tard, mais sans Aaron, alors âgé de 123 ans. Sur l’ordre de Jéhovah, et sous les yeux de tout le camp, Aaron, son fils Éléazar et Moïse gravirent le mont Hor. Au sommet, Aaron laissa son frère lui ôter ses vêtements de prêtre pour en revêtir son fils, qui allait lui succéder comme grand prêtre. Puis il mourut. Il fut probablement enterré à cet endroit par son frère et son fils, et Israël le pleura pendant 30 jours. — Nb 20:24-29.

Remarquons que si, par trois fois, Aaron dévia, il n’apparut jamais comme l’instigateur principal de la mauvaise action ; il semble plutôt s’être laissé détourner de la voie droite sous la pression des événements ou l’influence d’autres personnes. Certes, il aurait pu, notamment lors de son premier faux pas, se conformer au principe qui se dégage de ce commandement : “ Tu ne dois pas suivre la foule dans une intention mauvaise. ” (Ex 23:2). Le nom d’Aaron est néanmoins honoré dans la suite des Écritures, et le Fils de Dieu, quand il était sur la terre, reconnut la légitimité de la prêtrise aaronique. — Ps 115:10, 12 ; 118:3 ; 133:1, 2 ; 135:19 ; Mt 5:17-19 ; 8:4.

Prêtres descendants d’Aaron. L’expression “ Aaronides ” apparaît par exemple dans la Bible de Jérusalem en 1 Chroniques 12:27 ; 27:17. (Le texte massorétique utilise simplement le nom Aaron. LXX [Lagarde, en 1Ch 12:27] dit “ des fils d’Aaron ”.) Manifestement, le mot “ Aaron ” est utilisé ici au sens collectif, comme l’est souvent le nom Israël, et se rapporte à la maison d’Aaron, c’est-à-dire à ses descendants mâles de la tribu de Lévi qui occupaient la charge de prêtres à l’époque de David (1Ch 6:48-53). La Traduction du monde nouveau déclare : “ Yehoïada était le guide [des fils] d’Aaron, et avec lui il y avait trois mille sept cents hommes ” (1Ch 12:27) ; les mots “ des fils ” sont entre crochets pour indiquer qu’ils sont ajoutés.