Un guide sûr pour connaître le bonheur

“ LA RECHERCHE du bonheur ” est un droit auquel tous les hommes peuvent prétendre. C’est là ce que pensaient les auteurs de la Déclaration d’indépendance des États-Unis. Mais il y a une différence entre rechercher une chose et l’obtenir. Beaucoup de jeunes gens cherchent à faire carrière dans le sport ou dans le monde du spectacle. En connaissez-vous beaucoup qui aient obtenu le succès qu’ils désiraient ? Ayant lui-même dû se battre pour réussir, un chanteur célèbre a l’habitude de dire : “ Vous n’y arriverez probablement pas. ”

Si vous pensez que le bonheur est lui aussi hors de portée, ne perdez pas espoir ! Quand on cherche le bonheur de la bonne façon, on le trouve. Comment en être aussi sûr ? L’article précédent faisait allusion au “ Dieu heureux ”, Jéhovah (1 Timothée 1:11). Jéhovah fournit un guide sûr, la Bible, pour que votre quête du bonheur ne vous mène pas à la désillusion. Jéhovah peut vous aider à surmonter les causes courantes de tristesse. Considérons à titre d’exemple le réconfort qu’il accorde à ceux qui ont perdu un être cher.

Quand on perd un être cher

Qui oserait prétendre que la mort a du bon ? La mort prive les enfants de leurs parents, ou ravit des enfants à leurs parents. Elle sépare des amis intimes, plonge des familles soudées dans l’insécurité. Quand elle frappe, le plus heureux des foyers peut être submergé de tristesse.

Inutile de dire que la mort est une tragédie. Certaines personnes, pourtant, nient cette réalité et présentent la mort comme une bénédiction. Témoin ce qui s’est passé après le passage du cyclone Katrina dans le golfe du Mexique, en août 2005. Lors des funérailles d’un homme, le ministre religieux a dit : “ Katrina ne l’a pas tué. Dieu l’a rappelé à lui. ” Une autre fois, dans un hôpital, une religieuse bien intentionnée a dit à une petite fille de ne pas s’inquiéter, car Dieu avait emporté sa maman au ciel. La petite a éclaté en sanglots : “ Pourquoi, pourquoi est-ce qu’il m’a pris ma maman ? ”

De toute évidence, de telles conceptions erronées sur les morts consolent rarement les endeuillés. Pour quelle raison ? Justement, parce qu’elles ne reflètent pas la réalité sur la mort. Pire, elles donnent l’image d’un Dieu qui, d’une façon atroce et douloureuse, arrache des êtres à leur famille et à leurs amis. Loin d’apparaître comme une source de réconfort, Dieu est présenté comme ayant le rôle du méchant dans la tragédie de la mort. Mais la Parole de Dieu rétablit la vérité.

D’après la Bible, la mort est un ennemi ; figurément parlant, elle règne sur l’humanité (Romains 5:17 ; 1 Corinthiens 15:26). C’est un adversaire d’une telle puissance qu’aucun humain ne peut lui résister. Chaque décès vient allonger la liste interminable de ses victimes. D’un point de vue biblique, le chagrin et le sentiment d’impuissance que l’on éprouve alors sont tout à fait naturels. Mais Dieu se sert-il vraiment de cet ennemi pour emporter au ciel ceux que nous aimons ? Laissons la Bible répondre à cette question.

Ecclésiaste 9:5, 10 déclare : “ Les morts, eux, ne savent rien [...]. Il n’y a ni œuvre, ni plan, ni connaissance, ni sagesse dans le shéol, le lieu où tu vas. ” Qu’est-ce que le shéol ? C’est la tombe commune à tous les humains, là où ils vont quand ils meurent. Dans la tombe, les morts sont complètement inactifs ; ils ne bougent pas, ne ressentent rien et n’ont conscience de rien. Un peu comme s’ils étaient profondément endormis*. La Bible est donc bien claire sur ce point : Dieu ne prend pas nos défunts pour les faire vivre avec lui au ciel. Au contraire, ceux-ci gisent sans vie dans la tombe.

Jésus a confirmé cette vérité après la mort de son ami Lazare. Il a comparé la mort au sommeil. Si Lazare était monté au ciel rejoindre le Dieu Tout-Puissant, Jésus aurait vraiment manqué de bonté en le ramenant sur terre pour qu’il finisse par y mourir de nouveau ! La Bible relate que, devant le tombeau, Jésus a dit d’une voix forte : “ Lazare, viens dehors ! ” Le récit inspiré poursuit : “ L’homme qui avait été mort sortit. ” Lazare était revenu à la vie. Jésus savait que son ami n’avait jamais quitté la terre. Il était couché, sans vie, dans une tombe. — Jean 11:11-14, 34, 38-44.

Ce récit biblique nous permet de comprendre que la mort n’est pas le moyen utilisé par Dieu pour transférer les humains de la terre au ciel. Nous pouvons donc nous rapprocher de Dieu, sachant qu’il n’est pas responsable de notre tristesse. Nous pouvons aussi être certains qu’il comprend toute la peine et tout le mal que la mort, cet ennemi, nous cause. Qui plus est, ce qu’enseigne la Bible sur la véritable condition des morts est la preuve que ceux-ci ne souffrent pas dans un enfer de feu ni dans un purgatoire, mais qu’ils sont sans vie dans la tombe. Que le souvenir de nos chers disparus ne s’accompagne donc pas de dégoût pour Dieu ou de la peur de l’inconnu ! Par ailleurs, Jéhovah nous offre un réconfort supplémentaire dans la Bible.

L’espérance mène au bonheur

Les versets que nous avons évoqués attirent l’attention sur l’espérance, un aspect essentiel du bonheur véritable. Dans la Bible, le mot “ espérance ” suggère une profonde confiance dans l’“ attente du bon ”. Pour comprendre comment l’espérance mène au bonheur, reprenons le récit de la résurrection de Lazare.

Jésus a accompli ce miracle pour deux raisons au moins. Premièrement, pour dissiper la tristesse de Marthe, de Marie et de leurs amis endeuillés, qui ont ainsi pu de nouveau apprécier la compagnie de Lazare. Mais, s’adressant à Marthe, Jésus a mentionné une deuxième raison, plus importante encore : “ Ne t’ai-je pas dit que si tu croyais tu verrais la gloire de Dieu ? ” (Jean 11:40). Commentant ce verset, un auteur explique que la gloire de Dieu désigne ici “ la manifestation de sa puissance* ”. En ramenant Lazare à la vie, Jésus a donné un aperçu de ce que Jéhovah Dieu fera prochainement. Voici quelques détails supplémentaires sur cette “ manifestation de la puissance de Dieu ”.

En Jean 5:28, 29, Jésus a dit : “ Ne vous étonnez pas de cela, parce que l’heure vient où tous ceux qui sont dans les tombes de souvenir entendront sa voix et sortiront. ” Cela signifie que tous les morts qui se trouvent dans le shéol, y compris nos proches, reviendront à la vie. Actes 24:15 donne une précision supplémentaire concernant cet événement grandiose : “ Il va y avoir une résurrection tant des justes que des injustes. ” Ainsi, même les “ injustes ”, la multitude de ceux qui n’ont pas connu ni servi Jéhovah, auront la possibilité d’obtenir sa faveur.

Où cette résurrection aura-t-elle lieu ? Psaume 37:29 déclare : “ Les justes posséderont la terre, et sur elle ils résideront pour toujours. ” Songez à ce que cela signifie. Parents et amis que la mort a séparés se retrouveront ici, sur terre. À la pensée de pouvoir passer de nouveau de bons moments avec ceux qui vous sont chers, votre cœur ne se gonfle-t-il pas de bonheur ?

Jéhovah veut que vous soyez heureux

Nous avons examiné deux façons dont Jéhovah nous rend heureux, malgré les problèmes que nous rencontrons. Premièrement, il nous fournit dans la Bible la connaissance et la direction nécessaires pour que nous réussissions à surmonter nos difficultés. Les conseils bibliques nous aident, non seulement dans le deuil, mais aussi face à la maladie et aux problèmes économiques. Ils nous donnent la force d’endurer des injustices ou des troubles politiques. Si vous les appliquez, vous pourrez surmonter d’autres problèmes encore.

Deuxièmement, en étudiant la Bible, on acquiert une espérance qui surpasse tout ce que peut nous offrir la société humaine. Cette espérance a notamment trait à la résurrection de parents ou d’amis. Révélation 21:3, 4 précise : “ Dieu lui-même sera avec [les humains]. Et il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus ; ni deuil, ni cri, ni douleur ne seront plus. Les choses anciennes ont disparu. ” Autrement dit, bientôt toutes les causes de tristesse disparaîtront pour toujours. Les promesses contenues dans la Bible se réaliseront et vous aurez la joie de les voir s’accomplir. Le simple fait de savoir que des temps meilleurs viendront procure du soulagement. De même, le fait de savoir qu’on ne souffre pas éternellement après la mort est une raison d’être heureux.

Jugez plutôt : il y a plusieurs années, Maria a vu son mari succomber à un cancer. Ses larmes n’avaient pas encore séché que des difficultés financières l’ont obligée, elle et ses trois filles, à quitter sa maison. Deux ans plus tard, Maria a appris qu’elle aussi était atteinte d’un cancer. Elle a subi deux opérations graves et se bat chaque jour contre de terribles douleurs. Malgré tout cela, son optimisme est tel qu’il la pousse à encourager les autres. Comment réussit-elle à rester heureuse ?

“ Quand j’ai un problème, dit-elle, j’essaie de ne pas trop penser à moi. J’évite de me poser des questions du genre : ‘ Pourquoi moi ? Pourquoi est-ce que je souffre comme ça ? Pourquoi suis-je malade ? ’ Les pensées négatives épuisent. Je préfère consacrer mon énergie à servir Jéhovah et à aider les autres. C’est ça qui me donne du bonheur. ”

Quel rôle joue l’espérance dans la vie de Maria ? Maria fixe son cœur sur l’avenir, sur l’époque où Jéhovah ôtera la maladie et toutes les autres difficultés. Quand elle se rend à l’hôpital pour y recevoir des soins, elle fait part de son espérance à d’autres cancéreux, qui se montrent parfois découragés. Quelle importance Maria attache-t-elle à son espérance ? “ Je pense souvent à ce que la Bible dit en Hébreux 6:19, confie-t-elle, quand Paul compare l’espérance à une ancre pour l’âme. Sans cette ancre, on dérive comme un bateau sans amarres en pleine tempête. Mais quand on s’attache à cette ancre, on se trouve en sécurité, quelles que soient les tempêtes qui surviennent dans la vie. ” Cette “ espérance de la vie éternelle que Dieu, qui ne peut mentir, a promise ” aide Maria à rester heureuse. Elle peut avoir le même effet sur vous. — Tite 1:2.

Grâce à l’étude de la Bible, vous pouvez connaître le vrai bonheur malgré vos problèmes. Peut-être avez-vous des questions pratiques à ce sujet. Les Témoins de Jéhovah se feront un plaisir de vous apporter, grâce à la Bible, les réponses qui vous permettront d’être vraiment heureux. En attendant la réalisation de l’espérance que Jéhovah donne aux humains, vous pourrez être de ceux dont il est dit : “ Ils atteindront à l’allégresse et à la joie ; le chagrin et les soupirs devront s’enfuir. ” — Isaïe 35:10.

[Notes]

L’Encyclopædia Britannica (2003) définit le shéol comme “ un lieu sans douleur ni plaisir, sans punition ni récompense ”.

M.-J. Lagrange, Évangile selon Saint Jean, Paris, Lecoffre-Gabalda, coll. “ Études Bibliques ”, 1936, p. 307.

[Illustration, page 5]

Seule la vérité biblique peut alléger le chagrin.

[Illustrations, page 7]

L’espérance biblique de la résurrection contribue à nous rendre heureux.