Gardez-vous dans l’amour de Dieu 

“ Gardez-vous dans l’amour de Dieu, tandis que vous attendez la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ pour la vie éternelle. ” — JUDE 21.

JÉHOVAH DIEU nous a témoigné son amour d’innombrables façons. Mais sa plus grande preuve d’amour est incontestablement le sacrifice rédempteur auquel il a pourvu. En effet, il aime tellement les humains qu’il est allé jusqu’à envoyer son Fils bien-aimé sur la terre afin qu’il meure en notre faveur (Jean 3:16). Et cette disposition, Jéhovah l’a prise parce qu’il veut nous voir vivre et profiter de son amour éternellement.

2 Faut-il pour autant en déduire que Jéhovah nous gardera forcément dans son amour, quoi que nous fassions ? Non. Notez qu’il est écrit, en Jude 21 : “ Gardez-vous dans l’amour de Dieu, tandis que vous attendez la miséricorde de notre Seigneur Jésus Christ pour la vie éternelle. ” Cette tournure, “ gardez-vous , suppose une action de notre part. Que pouvons-nous donc faire pour nous garder dans l’amour de Dieu ?

Comment pouvons-nous demeurer dans l’amour de Dieu ?

3 Nous trouvons la réponse à cette question dans les propos que Jésus lui-même a tenus au cours de la dernière nuit qu’il a passée sur la terre : “ Si vous observez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi j’ai observé les commandements du Père et demeure dans son amour. ” (Jean 15:10). Jésus savait manifestement qu’il lui était essentiel d’observer les commandements de Dieu pour préserver de bonnes relations avec son Père. Si cela était vrai du Fils de Dieu, qui était parfait, comment pourrait-il en être autrement de nous ?

4 C’est avant tout en obéissant à Jéhovah que nous montrons que nous l’aimons. L’apôtre Jean exprime cette idée en ces termes : “ Voici ce que signifie l’amour de Dieu : que nous observions ses commandements ; et pourtant ses commandements ne sont pas pesants. ” (1 Jean 5:3). Il est vrai que, de nos jours, la notion d’obéissance est rarement bien perçue. Toutefois, notez cette précision : “ Pourtant ses commandements ne sont pas pesants. ” Jéhovah ne nous demande pas de faire des choses qui sont trop difficiles pour nous.

5 On pourrait illustrer cette pensée par l’exemple suivant : Demanderiez-vous à votre meilleur ami de porter un objet manifestement trop lourd pour lui ? Non, évidemment ! La bonté de Jéhovah est infiniment supérieure à la nôtre, tout comme l’est sa connaissance de nos limites. La Bible nous assure qu’il “ se souvient que nous sommes poussière ”. (Psaume 103:14.) Il n’exigera jamais de nous des choses qui sont hors de notre portée. Nous n’avons donc aucune raison de nous braquer à l’idée d’obéir à ses commandements. Au contraire, nous voyons en l’obéissance un excellent moyen de montrer à notre Père céleste que nous l’aimons sincèrement et que nous voulons demeurer dans son amour.

Un don unique de la part de Jéhovah

6 Dans le monde complexe qui est le nôtre, nous avons à prendre de nombreuses décisions qui mettent en jeu notre obéissance à Dieu. Comment nous assurer que nos décisions soient conformes à la volonté de Dieu ? Jéhovah nous a accordé un don qui est d’une grande aide en matière d’obéissance : la conscience. Qu’est-ce que la conscience ? C’est une capacité remarquable qui agit un peu à la manière d’un juge et qui nous permet de réfléchir aux choix que nous envisageons de faire ou à ceux que nous avons déjà faits, et de déterminer s’ils sont bons ou mauvais. Lire Romains 2:14, 15.

7 Comment faire un bon usage de la conscience ? Prenons une comparaison. Un randonneur traverse une région désertique. Il n’y a ni sentiers, ni routes, ni panneaux indicateurs. Pourtant, l’homme s’achemine d’un pas décidé vers sa destination. Pourquoi ? Parce qu’il a une boussole. Cet instrument se compose d’un cadran fixe, sur lequel sont représentés les quatre points cardinaux, et d’une aiguille aimantée qui indique toujours le nord. Sans sa boussole, notre randonneur serait complètement perdu. De même, sans sa conscience, un humain serait désorienté, le plus souvent incapable de prendre une décision conforme à la morale et à la justice.

8 Cependant, tout comme une boussole, la conscience a ses limites. Si notre randonneur place sa boussole à proximité d’un aimant, l’aiguille sera déviée et elle n’indiquera plus le nord. De même, si nous accordons trop d’importance aux désirs égoïstes de notre cœur, que se passera-t-il ? Notre conscience risque de s’en trouver faussée. La Bible nous prévient que “ traître est le cœur, plus que toute autre chose, et [qu’]il est extrêmement mauvais ”. (Jér. 17:9 ; Prov. 4:23.) Par ailleurs, si notre randonneur ne s’est pas muni d’une carte détaillée, sa boussole ne lui sera sans doute pas d’un grand secours. De la même façon, si nous ne nous référons pas aux indications fiables et immuables de la Parole de Dieu, la Bible, notre conscience risque de ne pas nous servir à grand-chose (Ps. 119:105). Malheureusement, bon nombre de nos contemporains se laissent guider par les désirs de leur cœur, sans tenir compte — ou si peu — des normes morales définies dans la Parole de Dieu. (Lire Éphésiens 4:17-19.) C’est ce qui explique que tant de gens, bien que possédant une conscience, agissent si mal. — 1 Tim. 4:2.

9 Pour notre part, nous devrions être résolus à ne pas nous comporter de la sorte. Nous voulons laisser la Parole de Dieu éduquer notre conscience pour que cette dernière puisse jouer pleinement son rôle. Au lieu de permettre à nos désirs égoïstes de prendre le dessus, nous devons obéir à notre conscience. Par ailleurs, nous devrions veiller à respecter la conscience de nos frères et sœurs. Nous avons à cœur de ne pas les faire trébucher, car nous ne voulons pas oublier que la conscience de nos compagnons peut être plus sensible que la nôtre. — 1 Cor. 8:12 ; 2 Cor. 4:2 ; 1 Pierre 3:16.

10 À présent, examinons trois domaines dans lesquels l’obéissance nous permet de montrer notre amour pour Jéhovah. Dans chacun de ces domaines, naturellement, notre conscience guidée par les normes de conduite définies dans la Parole inspirée de Dieu entre en jeu. Les trois façons de montrer à Jéhovah que nous lui obéissons par amour sont les suivantes : 1) aimer ceux que Jéhovah aime, 2) respecter l’autorité et 3) veiller à rester purs aux yeux de Dieu.

Aimer les personnes que Jéhovah aime

11 Nous devons aimer ceux que Jéhovah aime. Dans le domaine de l’amitié, nous sommes comparables à des éponges : nous avons tendance à absorber ce qui nous entoure. Notre Créateur sait très bien que les humains imparfaits sont influencés, en bien ou en mal, par les personnes qu’ils côtoient. C’est pourquoi il nous donne ce sage conseil : “ Qui marche avec les sages deviendra sage, mais qui a des relations avec les stupides s’en trouvera mal. ” (Prov. 13:20 ; 1 Cor. 15:33). Aucun de nous ne souhaite se ‘ trouver mal ’ ; au contraire, nous souhaitons tous ‘ devenir sages ’. Jéhovah, pour sa part, ne peut pas devenir plus sage qu’il ne l’est déjà, et personne ne peut l’influencer en mal. Pourtant, il nous offre un exemple remarquable en matière d’amitié. La question se pose d’ailleurs : parmi les humains imparfaits, qui Jéhovah choisit-il pour amis ?

12 Jéhovah a appelé le patriarche Abraham “ mon ami ”. (Is. 41:8.) Cet homme à la fidélité, à la justice et à l’obéissance hors du commun était un homme de foi (Jacq. 2:21-23). Voilà le genre d’ami que Jéhovah se choisit. Aujourd’hui encore, c’est à des personnes de ce genre que Jéhovah accorde son amitié. Si Jéhovah se choisit de tels amis, n’est-il pas essentiel que nous veillions, nous aussi, à nos choix sous ce rapport, que nous marchions avec les sages pour devenir sages ?

13 Qu’est-ce qui peut nous aider à faire de bons choix dans ce domaine ? L’examen de quelques exemples bibliques. Pensons à l’amitié qui unissait Ruth et Naomi sa belle-mère, ou bien David et Yonathân, ou encore Paul et Timothée (Ruth 1:16, 17 ; 1 Sam. 23:16-18 ; Phil. 2:19-22). Ces amitiés avaient un fondement commun : elles reposaient sur un amour authentique pour Jéhovah. Pouvons-nous trouver des amis qui aiment Jéhovah autant que nous l’aimons ? Sans aucun doute. La congrégation chrétienne compte de nombreuses personnes de ce genre. En les fréquentant, nous ne risquons pas de nous ‘ en trouver mal ’ sur le plan spirituel. Au contraire, elles nous inciteront à obéir à Jéhovah, à grandir spirituellement et à semer en vue de l’esprit. (Lire Galates 6:7, 8.) Elles nous aideront à nous garder dans l’amour de Dieu.

Respecter l’autorité

14 Nous devons respecter l’autorité si nous voulons témoigner notre amour pour Jéhovah. Pourquoi avons-nous parfois tant de mal à y parvenir ? Déjà parce que les humains qui détiennent une autorité sont imparfaits. Ensuite, parce que nous le sommes, nous aussi. Nous sommes donc obligés de lutter contre une tendance innée à la rébellion.

15 Mais, dira-t-on peut-être, s’il est si difficile de respecter l’autorité, pourquoi s’y contraindre ? La réponse à cette question est essentiellement liée à la notion de la souveraineté. Qui considérons-nous comme notre souverain, notre chef ? Si nous reconnaissons en Jéhovah notre souverain, nous devons respecter son autorité. Dans le cas contraire, pouvons-nous réellement prétendre que nous lui reconnaissons la qualité de chef ? Or, il s’avère que Jéhovah exerce son autorité par l’intermédiaire d’humains imparfaits, à qui il confie la responsabilité de prendre soin de ses serviteurs. Si nous nous rebellions contre ces humains, qu’en penserait Jéhovah ? — Lire 1 Thessaloniciens 5:12, 13.

16 À titre d’exemple, citons les Israélites. Lorsqu’ils ont murmuré et qu’ils se sont rebellés contre Moïse, Jéhovah a considéré que c’était lui qui était la cible de cette rébellion (Nomb. 14:26, 27). Dieu n’a pas changé. S’il nous arrivait un jour de nous rebeller contre ceux à qui il a confié l’autorité, c’est en réalité contre lui que nous nous rebellerions !

17 L’apôtre Paul explique quelle est la bonne attitude à cultiver à l’égard de ceux qui ont des responsabilités dans la congrégation chrétienne. “ Obéissez à ceux qui vous dirigent et soyez soumis, écrit-il, car ils veillent constamment sur vos âmes, en hommes qui rendront compte ; pour qu’ils le fassent avec joie et non en soupirant, car cela vous serait préjudiciable. ” (Héb. 13:17). Il est certain qu’adopter cet état d’esprit obéissant et soumis demande de réels efforts. Mais n’oublions pas que ce que nous voulons, c’est nous garder dans l’amour de Dieu. Cet objectif ne mérite-t-il pas tous les efforts ?

Demeurer purs aux yeux de Jéhovah

18 Enfin, nous montrons notre amour pour Jéhovah en nous efforçant de demeurer purs à ses yeux. Les parents se donnent généralement beaucoup de mal pour que leurs enfants soient propres. Pourquoi ? Parce qu’ils savent que la propreté est un gage de santé et de bien-être. Mais c’est aussi parce que la propreté de leurs enfants rejaillit sur leur réputation de parents et qu’elle témoigne de l’amour et de l’attention qu’ils leur portent. C’est pour des raisons comparables que Jéhovah nous demande d’être purs. Notre Père céleste sait que la pureté est essentielle à notre bien-être. Il sait aussi que notre pureté rejaillit sur sa réputation. Cette notion est extrêmement importante car, ayant remarqué que nous nous démarquons de ce monde souillé, des personnes peuvent se sentir attirées par le Dieu que nous adorons.

19 Dans quels domaines devons-nous veiller à notre pureté ? En fait, dans tous les domaines de l’existence. Jadis, en Israël, Jéhovah avait clairement fait savoir à son peuple que la propreté physique était capitale (Lév. 15:31). La Loi mosaïque stipulait entre autres qu’il fallait enfouir les déchets, nettoyer récipients et vêtements, et se laver les mains et les pieds (Ex. 30:17-21 ; Lév. 11:32 ; Nomb. 19:17-20 ; Deut. 23:13, 14). La Loi rappelait aux Israélites que leur Dieu, Jéhovah, était saint, c’est-à-dire pur et parfait. Les adorateurs du Dieu saint doivent eux aussi être saints. — Lire Lévitique 11:44, 45.

20 Pour cela, il nous faut être purs tant intérieurement qu’extérieurement. Nous veillons à la pureté de nos pensées. Nous respectons fidèlement les normes de pureté morale définies par Jéhovah, quelle que soit l’ampleur de la dégradation des mœurs autour de nous. Et — plus important encore — nous veillons jalousement à la pureté du culte que nous pratiquons, pour éviter toute contamination provenant de la fausse religion. Nous avons toujours à l’esprit la mise en garde inspirée contenue en Isaïe 52:11 : “ Éloignez-vous, éloignez-vous, sortez de là, ne touchez rien d’impur ; sortez du milieu d’elle, gardez-vous purs. ” Cette pureté spirituelle, nous la conservons aujourd’hui en nous abstenant ne serait-ce que de ‘ toucher ’ à ce que notre Père céleste considère comme impur dans le domaine religieux. C’est pour cette raison que, par exemple, nous évitons soigneusement de prendre part aux fêtes de la fausse religion, si populaires à notre époque. Il faut bien l’admettre, rester pur constitue un véritable défi. Mais les adorateurs de Jéhovah s’y emploient parce que cela les aide à se garder dans l’amour de Dieu.

21 Jéhovah souhaite que nous demeurions éternellement dans son amour. Mais chacun de nous doit s’assurer qu’il fait tout son possible pour demeurer dans l’amour de Dieu. Nous y parviendrons en suivant l’exemple de Jésus et en prouvant, par notre obéissance aux commandements divins, que nous aimons Dieu. Ainsi, nous aurons la garantie que rien “ ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Christ Jésus notre Seigneur ”. — Rom. 8:38, 39.

Vous en souvenez-vous ?

• Comment notre conscience nous aide-t-elle à demeurer dans l’amour de Dieu ?

• Pourquoi devrions-nous aimer ceux que Jéhovah aime ?

• Pourquoi est-il capital de respecter l’autorité ?

• Quelle valeur la pureté a-t-elle pour le peuple de Dieu ?

[Questions d’étude]

 1, 2. Comment Jéhovah nous a-t-il témoigné son amour, et comment savons-nous que cet amour n’est pas définitivement acquis ?

 3. Qu’est-ce que Jésus considérait comme essentiel pour demeurer dans l’amour de son Père ?

 4, 5. a) Comment, avant tout, pouvons-nous montrer que nous aimons Jéhovah ? b) Pourquoi n’avons-nous aucune raison de nous braquer à l’idée d’obéir à ses commandements ?

 6, 7. a) Qu’est-ce que la conscience ? b) Montrez, à l’aide d’une comparaison, comment la conscience peut nous aider à demeurer dans l’amour de Dieu.

 8, 9. a) Que nous faut-il garder à l’esprit concernant les limites de notre conscience ? b) Que pouvons-nous faire pour nous assurer que notre conscience joue pleinement son rôle ?

10. Quels sont les trois domaines dont nous allons parler ?

11. Pourquoi devrions-nous aimer ceux que Jéhovah aime ?

12. Qui Jéhovah se choisit-il pour amis ?

13. En matière d’amitié, qu’est-ce qui peut nous aider à faire de bons choix ?

14. Pourquoi nous est-il souvent difficile de respecter l’autorité ?

15, 16. a) Pourquoi est-il important que nous respections ceux à qui Jéhovah a confié la responsabilité de prendre soin de son peuple ? b) Quelle leçon essentielle pouvons-nous tirer de la façon dont Jéhovah a perçu la rébellion des Israélites contre Moïse ?

17. Quelle attitude devrions-nous cultiver à l’égard de ceux qui ont des responsabilités dans la congrégation ?

18. Pourquoi Jéhovah veut-il que nous demeurions purs ?

19. Comment savons-nous que la pureté physique est importante ?

20. Sur quels plans nous faut-il rester purs ?

21. Comment nous assurer que nous demeurerons dans l’amour de Dieu ?

[Encadré/Illustration, page 20]

UN LIVRE QUI PRÔNE UNE CONDUITE DROITE

  Lors de l’assemblée de district 2008, on a annoncé la parution du livre de 224 pages  Gardez-vous dans l’amour de Dieu . Quel est le but de ce nouveau livre ? Centré principalement sur la conduite chrétienne, il est conçu pour aider le lecteur à connaître et à aimer les normes de Jéhovah. Son étude approfondie renforcera notre conviction que la mise en pratique des normes morales de Jéhovah constitue dès à présent la meilleure manière de vivre, et qu’elle mène à la vie éternelle.

  Ce livre a aussi pour objectif de montrer que l’obéissance à Jéhovah, loin d’être un fardeau, est surtout une manière de lui montrer combien nous l’aimons. Il devrait nous inciter à nous demander : ‘ Pourquoi est-ce que j’obéis à Jéhovah ? ’

  Quand quelqu’un commet l’erreur de renoncer à l’amour de Jéhovah, c’est plus souvent à cause de sa conduite qu’en raison d’un désaccord en matière de doctrine. Il est donc essentiel que nous apprenions à aimer et à apprécier plus profondément encore les lois et les principes divins que nous appliquons dans notre vie quotidienne. Nous sommes convaincus que cet ouvrage aidera les brebis de Jéhovah à défendre ce qui est droit, à prouver que Satan est un menteur et, par-dessus tout, à demeurer dans l’amour de Dieu. — Jude 21.

[Illustration, page 18]

“ Si vous observez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi j’ai observé les commandements du Père et demeure dans son amour. ”