Heureux dans un foyer mixte sur le plan religieux

“ Comment sais-tu que tu ne sauveras pas ton [conjoint] ? ” — 1 COR. 7:16.

QUE RÉPONDRIEZ-VOUS ?

Que peut faire le chrétien qui vit dans un foyer mixte sur le plan religieux pour favoriser la paix ?

Comment un chrétien peut-il aider ses proches non croyants à adhérer au vrai culte ?

Quel soutien les membres de la congrégation peuvent-ils apporter au chrétien qui vit dans un foyer mixte sur le plan religieux ?

UN JOUR, Jésus a donné à ses apôtres l’instruction suivante : “ Quand vous irez, prêchez, en disant : ‘ Le royaume des cieux s’est approché. ’ ” (Mat. 10:1, 7). Cette bonne nouvelle serait synonyme de paix et de bonheur pour ceux qui l’accepteraient de tout cœur. Mais Jésus a prévenu ses apôtres que beaucoup s’opposeraient à leur prédication (Mat. 10:16-23). L’opposition revêt une forme particulièrement douloureuse quand elle vient des membres de notre famille. — Lire Matthieu 10:34-36.

2 Est-ce à dire qu’un disciple de Christ qui vit dans un foyer mixte sur le plan religieux ne peut pas être heureux ? Non. Bien que l’opposition familiale puisse être violente, elle ne l’est pas toujours. Et elle n’est pas forcément permanente. Le bonheur du chrétien dépend donc dans une large mesure de sa propre réaction face à l’opposition ou à l’indifférence. De plus, Jéhovah bénit ceux qui lui sont fidèles et leur donne de la joie même si leur situation est difficile. Le croyant peut être l’artisan de son bonheur 1) en s’efforçant de favoriser la paix dans son foyer et 2) en essayant sincèrement d’aider les membres de sa famille à adhérer au vrai culte.

FAVORISEZ LA PAIX DANS VOTRE FOYER

3 Pour que la semence de la justice porte du fruit dans une famille, il est essentiel que la paix y règne. (Lire Jacques 3:18.) Même si son foyer n’est pas encore uni dans le culte pur, le chrétien doit fournir de vigoureux efforts pour y favoriser la paix. Qu’est-ce qui l’y aidera ?

4 Nous devons conserver notre paix intérieure. Comment y parvenir ? Grâce à des prières ferventes, qui nous procureront l’incomparable “ paix de Dieu ”. (Phil. 4:6, 7.) Apprendre à connaître Jéhovah et appliquer ses principes contribue aussi au bonheur et à la paix (Is. 54:13). Il est en outre indispensable de participer aux réunions de la congrégation et d’être zélés dans le ministère. En général, le croyant qui vit dans un foyer mixte sur le plan religieux peut prendre part d’une façon ou d’une autre aux activités chrétiennes. Enza*, par exemple, dont la foi lui vaut une opposition farouche de la part de son mari, va prêcher après s’être acquittée de ses tâches ménagères. “ Jéhovah, dit-elle, me bénit abondamment chaque fois que je fais l’effort de parler de la bonne nouvelle. ” De telles bénédictions sont indéniablement source de paix, de satisfaction et de bonheur.

5 Le chrétien doit s’appliquer à entretenir des relations paisibles avec ceux de sa famille qui ne partagent pas sa foi. Cela se complique quand ils lui demandent de faire des choses qui vont à l’encontre des principes bibliques. En restant attaché à ces principes, il contrariera peut-être ses proches, mais il contribuera à la paix à long terme. À l’inverse, s’il se montre rigide sur des questions qui ne violent aucun principe biblique, il risque d’engendrer des tensions inutiles. (Lire Proverbes 16:7.) Lorsqu’une difficulté se présente, il est capital de rechercher la direction des Écritures en consultant les publications de l’esclave fidèle et avisé ainsi que les anciens. — Prov. 11:14.

6 Quiconque désire favoriser la paix dans son foyer doit mettre sa confiance en Jéhovah et user de perspicacité (Prov. 16:20). Même quelqu’un qui commence tout juste à étudier la Bible peut chercher à discerner les sentiments de ses proches. Tel conjoint n’aura aucune objection à ce que son mari ou sa femme étudie la Bible. Il se peut même qu’il y voie un bienfait pour sa famille. Tel autre, par contre, manifestera de l’hostilité. Esther, aujourd’hui Témoin de Jéhovah, admet qu’à l’époque où son mari s’est mis à étudier la Bible elle fulminait contre lui. “ Je jetais ses publications ou bien je les brûlais ”, avoue-t-elle. Howard, qui dans un premier temps a voulu empêcher sa femme d’étudier, explique : “ Beaucoup de maris ont peur que leur femme soit embrigadée dans une secte. Celui qui pressent une menace mais ne sait pas comment y faire face risque de devenir virulent. ”

7 Si vous enseignez la Bible à une personne et que son conjoint s’y oppose, aidez-la à comprendre qu’elle n’est pas forcée de mettre un terme à son étude. Souvent, avec un peu de douceur et de respect, elle réussira à aplanir les obstacles (1 Pierre 3:15). “ Je remercie aujourd’hui ma femme d’avoir su garder son calme et de ne pas avoir envenimé la situation ”, confie Howard. Sa femme raconte : “ Howard exigeait que je cesse d’étudier la Bible. Il disait que je subissais un lavage de cerveau. Au lieu de me disputer avec lui, je lui répondais que, sans exclure qu’il puisse avoir raison, j’avais très honnêtement le sentiment que ses craintes n’étaient pas fondées. Un jour, je lui ai proposé de lire le livre que j’étudiais, et c’est ce qu’il a fait. Non seulement il n’a rien trouvé à redire à son contenu, mais il a changé complètement de point de vue. ” N’oubliez pas qu’un non-Témoin peut se sentir délaissé ou avoir peur pour son couple quand il voit son conjoint partir prêcher ou se rendre aux réunions. Il est toutefois possible de dissiper bon nombre de ses craintes en le rassurant avec amour.

AIDEZ-LES À ADHÉRER AU VRAI CULTE

8 L’apôtre Paul a recommandé aux chrétiens de ne pas quitter leur conjoint au motif que celui-ci est un “ non-croyant* ”. (Lire 1 Corinthiens 7:12-16.) Envisager que son mari ou sa femme puisse un jour adhérer au vrai culte permet au chrétien de rester heureux. Cela dit, pour ce qui est de communiquer la vérité à un non-croyant, il convient de se montrer mesuré, comme le confirment les témoignages ci-dessous.

9 Jason se rappelle sa réaction quand il a découvert la vérité : “ Je voulais en parler à tout le monde ! ” Effectivement, lorsque quelqu’un comprend que ce qu’on lui enseigne est solidement fondé, sa joie peut être si grande qu’il est tenté d’en parler sans arrêt. Il s’attend même à ce que ses proches acceptent aussitôt le message du Royaume, mais c’est parfois l’inverse qui se produit. Quel effet l’enthousiasme de Jason a-t-il eu sur sa femme ? “ Il me soûlait ”, se souvient-elle. Une femme qui a accepté la vérité 18 ans après son mari déclare : “ Avec moi, il fallait y aller pas à pas. ” Si vous enseignez actuellement la Bible à une personne dont le conjoint ne s’intéresse pas au vrai culte, pourquoi ne pas l’aider à travailler le tact en faisant régulièrement des séances d’exercice ? Moïse a chanté : “ Mon enseignement ruissellera comme la pluie, ma parole coulera comme la rosée, comme des pluies douces sur l’herbe. ” (Deut. 32:2). Quelques gouttes de vérité distribuées au bon moment font souvent beaucoup plus de bien qu’un déluge de paroles.

10 L’apôtre Pierre a adressé aux chrétiennes qui vivent dans un foyer mixte sur le plan religieux le conseil suivant : “ Soyez soumises à vos propres maris, afin que, si quelques-uns n’obéissent pas à la parole, ils soient gagnés sans parole grâce à la conduite de leurs femmes, parce qu’ils auront été témoins oculaires de votre conduite pure ainsi que d’un profond respect. ” (1 Pierre 3:1, 2). Une croyante amènera peut-être son mari à adopter le vrai culte en lui étant soumise et en lui témoignant un profond respect, même s’il la rudoie. Pareillement, un croyant devrait se comporter d’une manière qui plaît à Dieu et être un bon chef de famille malgré l’opposition de sa femme. — 1 Pierre 3:7-9.

11 Les exemples modernes attestant la valeur du conseil de Pierre sont nombreux. Prenons le cas de Selma. Lorsqu’elle s’est mise à étudier avec les Témoins de Jéhovah, cela n’a pas plu à Steve, son mari. “ Je suis devenu irritable, jaloux, possessif ; j’avais peur de perdre ma femme ”, confirme-t-il. Selma renchérit : “ Avant que je découvre la vérité, Steve n’était déjà pas facile à vivre. Il s’emportait facilement. Quand j’ai commencé à étudier la Bible, c’est devenu pire. ” Qu’est-ce qui a désamorcé la situation ?

12 Selma se souvient de la façon dont la chrétienne qui lui enseignait la Bible l’a fait raisonner : “ Un jour, je n’étais pas d’humeur à étudier. La veille, j’avais essayé de prouver à Steve que j’avais raison sur un point et il m’avait frappée. Je n’avais pas le moral et j’ai tout raconté à la sœur. Elle m’a alors fait lire 1 Corinthiens 13:4-7. Tout en lisant les versets, je me suis dit : ‘ C’est tout le contraire de ce que fait Steve. ’ Mais la sœur m’a fait voir les choses sous un angle différent en me demandant : ‘ De toutes ces preuves d’amour, lesquelles donnez-vous à votre mari ? ’ Je lui ai répondu : ‘ Aucune. Il est impossible à vivre ! ’ Avec douceur, elle a poursuivi : ‘ Selma, qui de vous deux cherche à devenir chrétien ? vous ou Steve ? ’ J’ai alors compris que je devais revoir mon point de vue et j’ai prié Jéhovah de m’aider à témoigner plus d’amour à mon mari. Petit à petit, la situation s’est améliorée. ” Dix-sept ans plus tard, Steve a accepté la vérité.

CE QUE LES AUTRES PEUVENT FAIRE

13 De même que de délicates gouttes de pluie abreuvent le sol et participent à la croissance des plantes, de même les nombreux actes de bonté des membres de la congrégation contribuent au bonheur de leurs compagnons qui vivent dans un foyer mixte sur le plan religieux. “ C’est l’amour de mes frères et sœurs qui m’a permis de rester fermement attachée à la vérité ”, fait remarquer Elvina, une Brésilienne.

14 Un non-croyant peut être profondément touché par la bonté et l’intérêt que lui témoignent les membres de la congrégation. Un Nigérian qui a accepté la vérité 13 ans après sa femme raconte : “ Je voyageais avec un Témoin quand sa voiture est tombée en panne. Dans un village voisin, il a trouvé des Témoins qui nous ont hébergés pour la nuit. Ils se sont occupés de nous comme si nous étions des amis d’enfance. Tout à coup, j’ai compris ce qu’était l’amour chrétien dont ma femme m’avait toujours parlé. ” En Grande-Bretagne, une femme qui s’est convertie au vrai christianisme 18 ans après son mari se souvient : “ Les Témoins nous invitaient tous les deux à venir manger chez eux. Je me sentais toujours la bienvenue. ” Dans le même pays, un homme qui est aujourd’hui Témoin déclare : “ Les frères et sœurs nous rendaient visite ou nous recevaient chez eux. Ils se montraient toujours gentils avec moi. Je l’ai particulièrement ressenti la fois où j’ai été hospitalisé. Beaucoup sont venus me voir. ” Pouvez-vous témoigner un intérêt semblable aux conjoints non croyants ?

15 Évidemment, tous les conjoints, enfants, parents, etc., n’adopteront pas obligatoirement le vrai culte, même si depuis des années leur proche conserve une belle conduite et leur parle de la vérité avec tact. Certains resteront indifférents ou s’opposeront à lui avec acharnement (Mat. 10:35-37). D’autres en revanche seront sensibles aux qualités chrétiennes. Un homme qui est devenu Témoin après sa femme affirme : “ Celui qui développe des qualités attirantes ne peut pas deviner quel effet cela aura sur le cœur et l’esprit de son conjoint. Alors, surtout, ne perdez jamais l’espoir que votre mari ou votre femme change un jour. ”

16 Même si un membre de sa famille ne partage toujours pas sa foi, le croyant peut être heureux. Voici ce que dit une chrétienne qui, depuis 21 ans, tente sans succès d’amener son mari à accepter le message du Royaume : “ Je parviens à conserver ma joie parce que je m’efforce d’être agréable à Jéhovah, de lui rester fidèle et de consolider ma spiritualité. En m’investissant dans les activités spirituelles — l’étude individuelle, les réunions, le ministère, l’aide aux compagnons chrétiens —, je me sens plus proche de Jéhovah, et je préserve mon cœur. ” — Prov. 4:23.

NE BAISSEZ PAS LES BRAS !

17 Si des membres de votre famille n’adhèrent pas à vos croyances, ne baissez pas les bras ! Rappelez-vous que “ Jéhovah ne délaissera pas son peuple, à cause de son grand nom ”. (1 Sam. 12:22.) Il sera avec vous tant que vous lui resterez attaché. (Lire 2 Chroniques 15:2.) En conséquence, ‘ délectez-vous en lui ’. Oui, ‘ roulez votre voie sur Jéhovah et comptez sur lui ’. (Psaume 37:4, 5.) “ Persévérez dans la prière ” et ayez foi : votre Père céleste vous aidera à endurer les épreuves, quelle qu’en soit la nature. — Rom. 12:12.

18 Suppliez Jéhovah de vous accorder son esprit pour que vous fassiez de votre foyer un havre de paix (Héb. 12:14). Si vous y parvenez, il est possible que ceux qui ne partagent pas vos croyances finissent par être touchés. Vous goûterez bonheur, sérénité et paix en faisant “ tout pour la gloire de Dieu ”. (1 Cor. 10:31.) Sachez également que vous pouvez compter sur le soutien plein d’amour de vos frères et sœurs chrétiens.

[Notes]

Les prénoms ont été changés.

La recommandation de Paul n’exclut pas la possibilité d’une séparation judiciaire dans certaines situations extrêmes. C’est là une décision personnelle qui réclame une mûre réflexion. Voir  Gardez-vous dans l’amour de Dieu , pages 220, 221.

[Questions d’étude]

 1. Que peut-il se passer dans une famille quand l’un de ses membres accepte le message du Royaume ?

 2. Le bonheur est-il hors de la portée des chrétiens qui vivent dans un foyer mixte sur le plan religieux ?

 3. Pourquoi le chrétien qui vit dans un foyer mixte sur le plan religieux doit-il travailler à la paix ?

 4. Comment un chrétien peut-il conserver sa paix intérieure ?

 5. Souvent, quelle difficulté le chrétien qui vit dans un foyer mixte sur le plan religieux rencontre-t-il, et de quelle aide peut-il bénéficier ?

6, 7. a) Pour quelle raison certains s’opposent-ils à leur proche qui se met à étudier la Bible avec les Témoins de Jéhovah ? b) Comment réagir à l’opposition de son conjoint ?

 8. Quelle recommandation l’apôtre Paul a-t-il adressée aux chrétiens dont le conjoint est un “ non-croyant ” ?

 9. Dans quelle mesure faut-il parler de la vérité à des proches non croyants ?

10-12. a) Quel conseil Pierre a-t-il adressé aux chrétiens dont le conjoint ne partage pas la foi ? b) Comment une femme a-t-elle appris à appliquer la recommandation faite en 1 Pierre 3:1, 2 ?

13, 14. Que peuvent faire les membres d’une congrégation pour soutenir ceux qui vivent dans un foyer mixte sur le plan religieux ?

15, 16. Qu’est-ce qui aidera un chrétien à être heureux même si ses proches ne partagent toujours pas sa foi ?

17, 18. Qu’est-ce qui aidera un chrétien à garder espoir même si des membres de sa famille ne partagent pas ses croyances ?

[Illustration, page 28]

Choisissez le bon moment pour parler de vos croyances.

[Illustration, page 29]

Témoignez de l’intérêt aux conjoints non croyants.